Accueil / Business / Les avocats souhaitent que la justice bénéficie de nouveaux moyens

Les avocats souhaitent que la justice bénéficie de nouveaux moyens

2017 est une année importante pour de nombreux domaines puisque les élections présidentielles permettent généralement d’effectuer quelques appels. C’est le cas pour les avocats qui pointent du doigt la justice.

Les avocats souhaitent interpeller les pouvoirs publics concernant la justice

François Hollande laissera son poste de président de la République dans quelques semaines, le nouveau chef de l’État devra donc appliquer ses promesses faites pendant sa candidature. Par conséquent, alors que la France s’apprête à changer de commandant, les différents secteurs souhaitent interpeller le futur propriétaire de l’Élysée qui pourrait éventuellement améliorer les conditions de travail. Une étude d’avocats jongle avec les compétences, mais, si la justice n’est pas de son côté, tout l’investissement pourrait ne pas porter ses fruits. Le bâtonnier de Paris a voulu à la fin Janvier dévoiler une campagne baptisée « sortir la justice de l’âge de pierre ».

Les avocats spécialisés dans le divorce ne sont pas convaincus par le consentement mutuel

Le président de la République devra donc réagir pour lui apporter ce dynamisme tant voulu. Il faut noter que plusieurs réformes ont déjà eu lieu pour réduire les dossiers qui arrivent dans les tribunaux. Pour les divorces, il est désormais inutile de passer devant le juge puisqu’un notaire pourra épauler les couples dans cette démarche. Ces derniers devront tout de même être représentés par un avocat spécialisé dans les séparations, mais ils jouissent de la réforme liée au consentement mutuel. Ils veulent toutefois un changement important, car plusieurs secteurs ne seraient pas à la hauteur des attentes. Le gouvernement souhaite réaliser des économies, le fonctionnement de la justice peut donc être parfois pointé du doigt.

Le prochain chef de l’État aura la lourde tâche de satisfaire les exigences des avocats

Dans tous les cas, le bâtonnier de Paris voudrait par exemple que l’aide juridictionnelle soit débloquée pour un public beaucoup plus large ou qu’une véritable réforme soit proposée pour réduire les dossiers présents dans les tribunaux. Selon ses déclarations, celle dédiée au consentement mutuel est de ce fait pointé du doigt. Il estime qu’une société dans laquelle le juge est supprimé, c’est qu’elle n’est plus régie par des lois. Désormais, il faudra attendre les prochaines élections présidentielles notamment pour savoir si le nouveau chef de l’État prendra en considération leurs volontés et s’il mettra en place les mesures nécessaires pour que les exigences des avocats de France soient comblées.

Voir aussi

Des astuces pour mieux connecter les commerçants à leurs clients

Le commerce de proximité est en déclin en France (de même que dans les autres …