Accueil / Finance / La pension alimentaire ne correspond pas toujours à votre définition

La pension alimentaire ne correspond pas toujours à votre définition

Lorsqu’un couple décide de se séparer, il doit généralement passer par la case dédiée à la pension alimentaire. Cette dernière est souvent au centre de nombreuses idées reçues. Il est donc judicieux de s’attarder sur ce concept.

La pension alimentaire peut être fixée même en l’absence d’un enfant

La procédure de divorce entraîne une multitude de questions, elles viennent alourdir l’esprit des partenaires qui n’arrivent plus à bénéficier d’une vision claire de l’avenir. Ils sont donc invités à procéder à une réflexion aux côtés de leur avocat notamment pour décider de cette pension alimentaire. Contrairement aux idées reçues, elle n’est pas uniquement au rendez-vous pour les enfants. Elle peut être décidée par la justice si l’un des époux se retrouve dans une situation complexe. Conformément à l’article 255 du Code Civil, il est possible d’effectuer une demande au juge même si aucun enfant n’est présent dans l’union.

Les époux ont la possibilité de fixer les modalités concernant le paiement de la pension

Les parents peuvent également penser que cette somme est obligatoirement débloquée lors d’une procédure de divorce. Même si elle peut améliorer les finances de l’un des deux partenaires, elle peut être absente surtout si l’ancien couple opte pour une résidence alternée. Dans ce contexte, les frais sont partagés équitablement puisque l’enfant change toutes les semaines de demeure. En parallèle, si les parents optent pour une garde partagée, la pension alimentaire peut être au rendez-vous. Elle sera alors versée au parent qui éduque l’enfant. D’autres situations peuvent porter à confusion, car le juge n’est pas toujours à l’origine de la décision concernant le montant.

La pension alimentaire n’est pas systématiquement une somme d’argent versée tous les mois

Avec l’instauration du divorce par consentement mutuel, les époux peuvent s’entendre sur cette question notamment en se penchant sur les modalités de versement de la pension. Si un désaccord est identifié, le notaire pourra alors demander à ce que la convention fixe la somme ainsi que la date dédiée au versement de celle-ci. Le juge des Affaires Familiales pourra être appelé dans la dernière phase surtout si la séparation est conflictuelle. Enfin, si nous devions énoncer une ultime idée préconçue, elle concernerait la forme de cette pension. Celle-ci peut être différente d’un montant, il est ainsi possible de décider de la mise à disposition à titre gratuit d’un logement, du paiement des frais pour l’enfant (études, loisirs…).

Voir aussi

Assurance : le prix à prévoir pour une personne résiliée

Dans certains cas de figure, le contrat d’un conducteur peut être supprimé. Cela entraîne des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.