Pourquoi ne pas devenir orthophoniste ?

Parmi les secteurs qui recrutent de plus en plus cette année, on trouve le domaine paramédical. Il s’agit de tous les métiers qui consistent à assister le patient dans son traitement à l’exception du médecin ou encore du dentiste. Ce sont des professions de soin (infirmiers, aides-soignants), d’assistance technique (brancardiers, aides à domicile), d’appareillage (prothésistes), de nutrition, et enfin de rééducation (kinésithérapeutes). Les orthophonistes font partie de cette dernière catégorie.

Qu’est-ce qu’un orthophoniste ?

Ce sont de véritables spécialistes de la communication et du langage. Une grande proportion de la patientèle est constituée d’enfants scolarisés. Ces derniers ont soit une difficulté de prononciation ou de bégaiement, soit un problème lié à l’apprentissage de la lecture, de l’orthographe ou encore du calcul. Il peut également s’agir d’adultes qui à la suite d’une pathologie, ont perdu l’usage de la parole.

Comment accéder à la profession ?

La formation se déroule durant cinq ans dans un centre rattaché à l’unité de médecine (il en existe une vingtaine en France). Elle est accessible uniquement sur concours. Pour le passer, il est nécessaire d’avoir obtenu un baccalauréat ou un diplôme équivalent. Cet examen est très sélectif et il est impératif de s’y entraîner. Des lycées post-bac proposent des prépas au concours d’entrée à la formation d’orthophoniste. À l’issue d’un cursus de cinq ans, qui mêle à la fois cours et stages, l’étudiant obtient un Certificat de capacité qui l’habilite à exercer.

Où pratiquer ?

L’orthophoniste va pouvoir exercer seul à domicile, en cabinet privé ou bien dans une maison de santé. Il peut également être employé d’une structure spécifique comme un centre de rééducation, un hôpital, une école spécialisée. Les orthophonistes sont aussi très sollicités dans les structures de soin plus axées sur la psychologie comme les centres médico-psychopédagogiques, les maisons d’accueil spécialisées ou les centres qui gèrent des personnes atteintes de trisomie ou ayant subi un traumatisme crânien.