Les trois règles de l’emballage de street food

Aujourd’hui, la street food est devenue un véritable art de vivre en France. Longtemps cantonnée à la malbouffe en provenance des USA, elle se diversifie de plus en plus vers les salades, les pâtes, les smoothies, et tout autre plat diététiquement équilibré. Les commerçants et les restaurateurs rivalisent d’idées et de concepts toujours plus inventifs pour plaire aux clients. L’emballage fait partie intégrante de la stratégie marketing.

Pensez pratique 

Si quelqu’un achète un sandwich ou une petite salade entre midi et deux, premièrement c’est pour le manger soi au bureau, soit dans un parc, deuxièmement c’est pour le manger rapidement. Il faut donc que votre emballage soit facile à utiliser. Certains aliments doivent pouvoir se consommer debout comme un burger ou des snacks. Par conséquent, il faut que l’emballage serve aussi de couverts, comme un sachet, un cornet ou un pot à Wrap. D’ailleurs en fonction de ce que vous vendez, vous en choisirez plus ou moins solide. Préférez le plastique ou la pulpe de canne pour les plats en sauces pour éviter que votre produit ne soit trop salissant.

Soignez l’esthétique

Soigner le packaging est un élément déterminant de la stratégie marketing. Les plus grands commerciaux vous le diront, on commence toujours par goûter avec les yeux. Un produit peut très bien se vendre juste avec un visuel. Par conséquent, les restaurateurs ont tout intérêt à personnaliser leurs emballages de nourriture pour y apposer un graphisme, une marque, un message commercial.

Soyez écologique

Les emballages recyclables et recyclés comme la pulpe de canne par exemple sont désormais privilégiés sur le marché. D’une part, les éléments biodégradables sont mieux perçus par la clientèle qui souhaite réduire son impact sur l’environnement. D’autre part, ceux en matière papier et carton sont plus pratiques pour être passés au micro-ondes que certaines matières plastiques qui ont tendance à se déformer ou à se ramollir.