Le business en famille est intéressant, mais risqué

Le « Family Business » est souvent très attractif, il séduit donc de nombreux ménages, mais il suffit de suivre avec rigueur l’actualité pour identifier quelques points noirs. En effet, ce travail peut dissimuler des emplois fictifs.

Il est envisageable de s’épanouir grâce à une collaboration familiale

Certains Français n’ont pas pour vocation de travailler avec des inconnus, ils souhaitent construire une entreprise avec les membres de leur famille. Cela est séduisant, mais les retombées peuvent être négatives si vous n’êtes pas rigoureux dans la sélection des contrats. Ce business en famille suscite un vrai engouement puisqu’il est toujours très plaisant d’évoluer dans un milieu où tous les collaborateurs sont des connaissances. Cela permet de créer une atmosphère réjouissante où vous aurez la possibilité de vous épanouir pleinement.

Attention, définissez avec rigueur le statut de ce membre de votre famille

Par conséquent, vous aurez le luxe d’embaucher un parent ou encore votre enfant pour un travail au cours de l’été. Cette pratique est totalement légale puisqu’elle est mentionnée dans les lois, mais quelques conseils sont à suivre, il est possible de dépasser rapidement la ligne rouge. C’est surtout le problème du statut qui vient frapper à votre porte, car ce proche doit-il être embauché comme un indépendant ou un salarié ? Le contentieux est souvent au rendez-vous lorsqu’une personne de la même famille vient apporter son aide de manière ponctuelle et volontaire.

Il est judicieux de se renseigner au préalable, car la présomption de travail dissimulé est une réalité

Les chefs d’entreprise les moins rigoureux peuvent rapidement être aspirés dans une spirale infernale. Dans certains cas de figure, il n’est pas rare d’être confronté à l’embauche d’un enfant qui a donné de sa personne sans finalement une contrepartie financière par exemple. Il est envisageable d’opter pour un statut de bénévole, mais à nouveau la relation conflictuelle est au rendez-vous, car les sociétés doivent se soumettre aux cotisations sociales. Certaines structures sont donc dans une position délicate puisque la présomption de travail dissimulé est évoquée rapidement.